La médaille miraculeuse

La Médaille Miraculeuse

 

collier médaille miraculeuseCollier miraculeuse par 9Avril

 

À Paris, en 1830, la Sainte Vierge est apparue à Sainte Catherine de Labouré dans la chapelle de son couvent, rue de Bac. Lors d'une seconde vision, quatre mois plus tard, Notre Sainte Mère apparut à Catherine debout sur un globe terrestre, ses pieds écrasant un serpent sous elle. Elle était entourée de la forme d'une médaille ovale, et des rayons de lumière sortaient de ses mains. Autour de la forme, il y avait les mots "O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous". Catherine entendit une voix dire : "Faites frapper une médaille d'après ce modèle. Tous ceux qui la porteront recevront de grandes grâces ; ils devront la porter autour du cou. Les grâces abonderont pour ceux qui la porteront avec confiance." La vision se poursuivit, et la "médaille" se retourna. De l'autre côté se trouvait la lettre "M" sous une croix, avec le Sacré-Cœur de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie. Cette image était entourée de douze étoiles.

 

bague médaille miraculeusebague miraculeuse par 9Avril

 

Le dessin de la médaille montré à Catherine par la Vierge Marie

Sur le devant de la médaille figure la Vierge. Elle est debout sur un globe terrestre surmonté d'une croix. Elle écrase un serpent sous son pied. Aux doigts, elle porte des anneaux de couleur, dont certains envoient des rayons de lumière vers la terre. Enfin, une phrase entoure la Vierge : "O Marie conçue sans péché, priez pour nous, pécheurs". Au revers de la médaille, le centre est occupé par la lettre "M" de Marie, entrelacée avec une barre transversale soutenant le pied de la croix. Sur le pourtour de la médaille figurent douze étoiles. Au-dessous du "M", on voit le Sacré-Cœur de Jésus entouré d'une couronne d'épines et le Sacré-Cœur de Marie transpercé d'une épée qui verse le sang.

 

collier médaille miraculeuse

Collier petite Madone par 9Avril

Les symboles de la Médaille Miraculeuse

Les mains ouvertes de la Vierge Marie, d'où jaillissent des rayons, symbolisent les grâces déversées par la Vierge. Le globe représente le monde sur lequel Marie déverse ses grâces. Le serpent que la Vierge piétine représente le mal qu'elle combat. La lettre "M" et la croix entrelacée signifient la relation indissoluble entre le Christ et sa mère. Le Sacré-Cœur de Jésus entouré d'une couronne d'épines fait référence à la passion du Christ, tandis que le Sacré-Cœur de Marie percé d'une épée représente son acceptation du sacrifice de son fils. Enfin, les douze étoiles de la "Reine du ciel" représentent les douze disciples de Jésus et les douze tribus d'Israël.

 

boucles d'oreilles medaille miraculeuseBoucles d'oreilles Madone par 9Avril

 

 

Les instructions de la Vierge pour prier avec la Médaille Miraculeuse

La Médaille Miraculeuse possède des caractéristiques spécifiques qui la rendent unique dans l'histoire du christianisme. En fait, comme nous l'avons déjà vu, c'est la Vierge elle-même qui l'a conçue ! Avec la conception, elle donne le contenu, expliquant les messages explicites et implicites intégrés dans chaque face de la médaille. La Vierge donne ensuite le mode d'emploi de la médaille et son but : " ceux qui la portent avec confiance " recevront " de grandes grâces ". La Vierge donne ensuite des instructions pour l'utilisation de la médaille et sa finalité : "ceux qui la portent avec confiance" recevront "de grandes grâces". Ainsi, selon le message de la Vierge, "tous ceux qui la porteront bénéficieront d'une protection spéciale de la Mère de Dieu".

 

Les miracles de la médaille

Le nom même de "Médaille Miraculeuse" ne vient pas de la Vierge. En 1834, deux ans après la première distribution de la médaille, ce sont les Parisiens eux-mêmes qui l'ont qualifiée de miraculeuse. Le nom est resté, devenant même un nom propre. L'un des miracles reconnus par l'Église fut la conversion d'un banquier juif, Alphonse Ratisbonne, en 1842. Il a ensuite rejoint l'ordre des Jésuites.

 

Un des sites parisiens les plus appréciés des touristes


La chapelle de la rue du Bac, à Paris, dans le 7e arrondissement, appartenant toujours à la congrégation des Filles de la Charité, est devenue un lieu de pèlerinage et de dévotion mariale incontournable. Il fait partie des dix premiers sites culturels les plus visités de Paris.* Chaque année, ce sont en moyenne deux millions de visiteurs qui passent devant le corps de sainte Catherine Labouré, au pied de l’autel au dessus duquel Marie lui est apparue. Aujourd’hui encore, de nombreuses histoires relatent des grâces obtenues par la médaille miraculeuse.

 

 

 



Article précédent Article suivant